Le Green Deal européen vise à atteindre des objectifs environnementaux ambitieux qui nécessitent une transformation verte de nombreux aspects de la société. Le potentiel révolutionnaire de l’intelligence artificielle (IA) pour contribuer à la réalisation des objectifs de la transition verte a été progressivement et largement reconnu.

Simultanément, les technologies numériques telles que l’IA augmentent considérablement la consommation d’énergie et de ressources, ce qui présente un risque de conséquences environnementales négatives.

Ce tableau peu clair démontre la nécessité d’une action politique et législative pour exploiter le potentiel de l’IA en vue d’atteindre les objectifs du Green Deal européen.

La capacité d’élaborer et de mettre en œuvre une politique efficace en matière d’IA nécessite une compréhension approfondie des facteurs socio-techniques qui peuvent conduire à des résultats souhaitables ou non de l’IA.

Quel rôle l’IA peut-elle jouer dans la réalisation des priorités du Green Deal ?

Le Green Deal vise à encourager des grands projets à l’échelle européenne :

  • Investir dans des technologies respectueuses de l’environnement ; aider l’industrie à innover et à passer à des processus plus respectueux de l’environnement ;
  • Introduire des modes de transport privés et publics plus propres, moins coûteux et plus sains ;
  • Faire entrer les zones rurales et agricoles dans l’ère numérique ;
  • Améliorer les normes environnementales mondiales en collaboration avec des partenaires internationaux.

Les technologies numériques sont des facilitateurs essentiels pour atteindre les objectifs de durabilité du Green Deal européen, car les solutions d’IA simplifient les décisions fondées sur des preuves et améliorent la capacité à identifier et à traiter les préoccupations environnementales.

Aujourd’hui le changement climatique est un phénomène complexe et multivariée. Certaines mesures peuvent être bénéfiques pour certains aspects de l’environnement mais peuvent perturber d’autres écosystèmes. Prenons le cas de la digitalisation : certes, cela réduit la quantité de papier et en même temps, augmente la consommation d’énergie via l’usage de serveurs. Il est donc essentiel de pouvoir mesurer et piloter les nouveaux projets et nouvelles technologies de façon à s’assurer que cela permet de construire des modèles durables, viables et à impact positif sur l’environnement.

Vers une relance verte assistée par les technologies numériques

La reprise après la pandémie de coronavirus doit être abordée de manière globale. La crise peut agir comme un catalyseur de la reprise, en offrant l’occasion de reconstruire les économies selon des méthodes nouvelles et plus durables.

L’intelligence artificielle est au cœur du succès de ces technologies. Les données et l’intelligence artificielle nous aideront également à mieux préparer l’avenir et les prochaines crises. Investir dans la réalisation des objectifs du Green Deal européen permet toutefois d’échapper pour l’instant à la question du coronavirus.

L’allocation optimale de ressources de plus en plus rares peut être mieux calculée et analysée par des ordinateurs.

De plus, l’intelligence artificielle peut nous permettre de prédire l’avenir et donc d’anticiper les crises comme celles liées à l’énergie, à la rareté de l’eau, de façon à pouvoir anticiper des catastrophes : famine, déplacement de population, terres non fertiles…

L’importance de la connectivité

La connectivité facilite la mise en œuvre de programmes tels que les objectifs de développement durable et la stratégie « de la ferme à la fourchette ». La connectivité s’accompagne d’une capacité d’IA, qui est un élément essentiel de la stratégie « de la ferme à la table » : L’IA permet de réduire les dépenses des agriculteurs, d’améliorer la gestion des sols, de réduire l’utilisation des pesticides et de diminuer les émissions de GES.

Les prochaines étapes consistent à créer une clarté réglementaire et à investir dans les connexions réseau. La connectivité étant inextricablement liée à l’accessibilité et donc à l’égalité d’accès des hommes et des territoires à ces nouvelles technologies et donc nouveaux emplois.

Pour aller plus loin…

 
(edited) 5:06 Dans le body :